Le spécialiste de l’allaitement et des produits naturels pour l’enfant et la maman

La mise en route de l'allaitement

Les difficultés du début

L'allaitement, une rencontre


Parmi toutes les facettes de l'allaitement, dont la complexité participe à son aspect merveilleux, il y a des aspects techniques, que ne maîtrisent pas toujours au début la nouvelle maman et son petit, même si « c'est naturel »... Dans cette rencontre entre maman et bébé, chacun doit comprendre son rôle dans l'alimentation au sein, et pour cela, rien de tel que connaître les écueils, pour s'y préparer.


Les mamelons douloureux


Ce sont souvent des crevasses qui rendent les mamelons très douloureux. Les crevasses sont des lésions de différentes tailles et aspects, mais qui ont toutes un point commun : elles ne sont pas une fatalité. Une fois la ou les causes trouvées, elles vont disparaître.


Les principales causes en sont :

  1. une mauvaise position de la mère, souvent due à la fatigue musculaire. Dans ce cas, il faut revoir les positions
  2. une prise en bouche inadaptée du mamelon, la plupart du temps la bouche n'est pas assez ouverte. La maman doit donc être très attentive à cela et consulter un spécialiste qui les aidera, elle et son bébé, à ce que la prise du sein soit correcte.
  3. des compléments donnés au biberon, ce qui peut perturber la prise du sein (voir le paragraphe Méthodes alternatives pour donner le lait maternel)

Il peut y avoir bien d'autres causes aux douleurs, brûlures, démangeaisons, ou cloques. Dans tous les cas, consultez un spécialiste de l'allaitement, par exemple un(e) consultant(e) IBCLC, pour trouver rapidement la cause du problème : allaiter ne doit pas faire mal !


L'allaitement mixte


Contrairement à certaines idées reçues, l'allaitement mixte est souvent plus difficile que l'allaitement exclusif (avant 5-6 mois, après c'est différent).
Les compléments donnés à la maternité sans nécessité majeure peuvent compromettre l'allaitement, en entraînant un manque de stimulation, et un risque de préférence sein-tétine.
Si à un moment vous vous posez la question de donner un complément, par exemple parce que vous avez l'impression de ne plus avoir assez de lait, mais que vous souhaitez vivement poursuivre l'allaitement, consultez d'abord un spécialiste pour tenter de trouver une solution à ce problème, avant d'entrer dans le cercle vicieux des compléments de lait artificiel.


La prise de poids insuffisante


Le plus souvent, sauf problème médical du bébé ou de la maman, la prise de poids faible est la conséquence d'une production lactée insuffisante, elle-même liée à une stimulation incorrecte. Mais attention, elle peut être liée à une surproduction de lait, cf le dernier point.


Principales causes :


- le bébé dort beaucoup, loin de sa maman, qui rate les signaux d'éveil, donc la fréquence et la quantité sont insuffisantes. Dans ce cas de figure, on améliore souvent la prise de poids simplement en ayant toujours son bébé à côté pour l'observer et lui proposer le sein dès qu'il est prêt.


- une mauvaise technique de succion donc une tétée inefficace. Dans ce cas, il vaut mieux voir un(e) consultant(e) IBCLC.


- des tétées douloureuses (liées à des crevasses, une maladie dermatologique...) donc écourtées. Là il faut vite trouver la cause et agir !


- l'utilisation de « bouts de sein » par la maman, souvent liée à une mauvaise stimulation. La nécessité de leur utilisation est à discuter avec un professionnel, qui aidera également la maman à s'en séparer progressivement. Les problèmes de prise de poids liés à cette situation s'observent plus vers les 2ème ou 3ème mois.


- une chirurgie mammaire génère le plus souvent une insuffisance lactée plus ou moins importante suivant la quantité de canaux lactifères lésés.


- une maladie de la mère ou du bébé.

 

- un réflexe d'éjection fort et/ou une surproduction de lait : le bébé avale beaucoup d'air, et peu de lait gras. Ce qui aide :

  1. 1 même sein plusieurs fois de suite, et exprimer l'autre
  2. exprimer avant la tétée
  3. une position du bébé plus verticale
  4. surtout pas de coquilles qui sur-stimulent les seins
  5. il faut parfois consulter

L'engorgement


L'engorgement physiologique ou « montée de lait » à J 3-4 en moyenne est tout à fait normal ! La seule chose à faire est de mettre le bébé au sein le plus possible pour retrouver la souplesse des seins. L'utilisation d'une poche de glace, d'une feuille de chou vert frisé dans le soutien-gorge, ou d'un emplâtre d'argile, peuvent aider à soulager grâce à leurs vertus anti-inflammatoires.
Un engorgement à distance de la naissance doit vous amener à être très vigilante et à consulter un professionnel de l'allaitement si les tétées ne vous soulagent pas rapidement.


Le manque de soutien de l'entourage


Dans notre société les jeunes mères sont souvent très seules une fois le congé de paternité terminé, et l'euphorie des visites des premières semaines passées. Pour peu qu'elles viennent de déménager, et n'aient pas d'amies ni de famille à proximité, elles sont souvent face à un découragement intense qui a pour conséquence une baisse de lait. Il est primordial pour elles de voir du monde, de rencontrer d'autres mamans allaitantes, et pour cela, rien de tel qu'une association locale de soutien à la parentalité. Les maternités proposent souvent des adresses. Les réunions sont l'occasion d'échanger des idées autour d'un petit goûter ! On s'aperçoit alors qu'on n'est pas seule avec ses problèmes...


Les poussées de croissance


Vers 3 semaines, le bébé a souvent un besoin accru en calories, il va donc avoir besoin de plus de lait, souvent du jour au lendemain. La maman mal renseignée croit qu'elle n'a plus de lait (et c'est ce que lui clame son entourage). Au lieu de laisser son bébé téter plus, elle donne des compléments, c'est le début du sevrage. Ce passage délicat dure en moyenne deux ou trois jours, le temps pour les seins de « comprendre » la nouvelle demande. Il y a souvent d'autres poussées de croissance : vers 6 semaines, 3 mois, 6 mois.


L'allaitement suite à une césarienne


Lorsque la naissance s'est faite par césarienne, la première tétée est souvent différée, le contexte hormonal dans lequel se trouve la maman n'est pas optimal, le bébé a subi des tensions physiques, la cicatrice est douloureuse, tout cela fait que la mise en route peut être délicate et un peu plus longue. Il faut donc prévoir encore plus de soutien, et apprendre auprès d'un professionnel les positions qui ne feront pas mal. Mais une fois passées ces difficultés, les mamans y arrivent très bien !


Les difficultés du début ne sont pas insurmontables, il ne faut pas hésiter à demander de l'aide. Le but est d'arriver à un allaitement serein et épanoui, car ne l'oublions pas, l'allaitement doit être un plaisir pour tout le monde !
Pour avoir un conseil ou être orientée vers un professionnel, n'hésitez pas à nous contacter
.

 

 

 

>> L'allaitement à la demande

Grandir Nature, c'est PLUS DE 40 MARQUES qui vous
accompagnent au quotidien, de la grossesse à l'allaitement.

Découvrez nos marques...